Centre Castelvieil - 6 rue Vallence - 13008 Marseille - Tél. : 04 91 23 33 80 ¦ Contact - Plan d'accès
Accueil > Compte-rendus des conférences > Parole et écoute du père

Parole et écoute du père

Dans le cadre du 1er cycle de conférences thématiques : La communication au sein de la famille-le père éducateur, une première conférence, animée par Christian et Véronique You, a eu lieu le mardi 20 octobre sur le thème : parole et écoute du père.

Cette conférence a eu lieu le 20 octobre 2009

L’esprit du cycle est celui-ci : « l’enjeu premier réside dans l’authentique et durable bien-être de chacune des personnes constituant chaque famille ; l’enjeu second réside dans la constitution d’une société plus libre et plus humaine. »

Après s’être présentés, Christian et Véronique You ont défini sous quel éclairage se situait leur intervention : une vision anthropologique chrétienne et le décryptage des processus de communication non-violente. Cette approche est faite à partir du livre de Marshall B. Rosenberg : « les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) : introduction à la communication non violente. » Quatre concepts-clés : Observation, Sentiments, Besoins, Désirs.

Dans la communication entre deux personnes, lorsqu’il y a conflit, c’est souvent que l’on se focalise sur la stratégie de la communication et non sur les besoins réels de l’autre. La stratégie cache un besoin. Avec le besoin, on est sur le terrain qualitatif : découvrir le besoin de l’autre, c’est être au cœur de l’écoute. L’opinion des autres, c’est souvent l’expression de nos besoins.

A partir d’un cas de communication ordinaire entre un père et son fils, les intervenants montrent deux possibilités d’échange : une vision négative du fils (en globalisant tous ses défauts et en les appliquant à la situation) et une vision empathique (en essayant de dédramatiser le problème et en ouvrant à plusieurs solutions possibles). L’écoute empathique, c’est observer l’autre et lui dire son émotion en la reformulant.

La demande a quatre caractéristiques importantes : la demande d’action doit être concrète, proche, positive et négociable. Toute demande doit être ouverte et commencer par : « est-ce que tu serais d’accord pour… »

Il faut éviter de minimiser les problèmes des autres ; il faut remonter aux besoins car, comme on l’a vu, on se heurte souvent au niveau des stratégies et non des besoins. Echanger sur les besoins (lister ses besoins) et non sur les solutions (les stratégies).

L’écoute des autres, c’est d’abord l’écoute de soi : par exemple, se vider de sa colère. On voit par-là que la question antérieure à l’écoute, c’est la paix intérieure. Sinon on risque de produire un effet domino (enchaînement de communications négatives). Ne pas zapper nos états intérieurs : charité bien ordonnée commence par soi-même ! L’émotion seule, non reliée à un besoin, est ingérable, envahissante. L’émotion est neutre d’un point de vue moral, c’est la stratégie qui est mise en place qui constitue l’acte moral. Exemple avec la peur. Dire : « ne t’inquiète pas, n’aies pas peur » ne sert à rien car on ne peut pas annihiler ses émotions.

Préférer le « je » au « tu » : attention au « tu » qui « tue » ; ainsi le « je » n’a pas d’effet destructeur sur l’autre.

Pour terminer, Christian et Véronique You (qui a ouvert un cabinet d’écoute et de relation d’aide à Marseille*) échangent avec le public sur diverses questions.

*114, bd Longchamp 13001 vyou.ecoute@yahoo.fr 06 12 07 61 29